La conduite du changement chez Ai3

J’y pensais depuis un moment. Précisément, depuis le jour où j’ai vu Guelnoji Njetein présenter sa mission et son activité devant une assemblée de prospects pas forcément acquis à sa cause. En l’écoutant parler, j’ai réalisé que la Conduite du Changement était devenue essentielle dans une démarche de digitalisation. Le charisme et la justesse de ses arguments ont su renforcer mes convictions. Voilà pourquoi, je souhaitais lui poser quelques questions et partager avec vous ses réponses. Interview donc de Guelnoji, Digital Advisor chez Ai3.

Quel est ton parcours ?

J’ai fait une école d’ingénieurs avec une spécialisation en informatique la dernière année. Je suis, ensuite, rentré dans une société de services informatique : Cap Gemini. J’y suis resté trois ans. J’ai d’abord travaillé comme développeur puis je suis devenu leader technique. Ensuite, j’ai travaillé chez Gaz de France. J’étais chef de projets à la direction informatique Groupe. Je pilotais des projets et j’encadrais des équipes d’analyse et de réalisation (de 3 à 10 personnes, en fonction de l’activité). Puis j’ai été recruté par Microsoft Consulting en tant que consultant sur les technologies de communication et collaboration. J’y suis resté 5 ans. J’ai d’abord fait des missions de conseil technologique. Puis, très vite, je me suis orienté sur le fonctionnel et les usages. Par ce biais, je suis entré en contact avec Ai3 et finalement intégré So-youz pour la partie Conseil Digital et Conduite du Changement.

Quelle est ta mission chez Ai3 ?

Chez Ai3, j’ai 2 rôles. D’abord, Je suis responsable de l’équipe Conduite du Changement. J’encadre nos consultants sur l’Ile-de-France. Soit un team de 6 personnes aujourd’hui, mais en croissance sur 2017. Ensuite, je suis Digital Advisor. A ce titre j’interviens en conseil pour les clients qui ont des programmes de transformation digitale. Je les aide à réfléchir sur la cible et comment orchestrer leur programme.

Peux-tu nous expliquer ce qu’est la Conduite du changement ?

En fait, la Conduite du Changement représente 3 métiers. Le premier est le plus classique et en général les gens le connaissent. C’est la partie communication & formation. Par exemple, si je mets en œuvre un nouvel outil ou si je souhaite promouvoir de nouveaux usages, il faut former les utilisateurs et les aider à appréhender ces changements. C’est donc une partie formation et une partie communication qui vont ensemble.

Le deuxième métier est directement lié à la dimension « conduite ». C’est-à-dire la partie pilotage et orchestration. Il faut planifier les différentes actions. C’est également une partie gestion de projets. Enfin, le troisième métier concerne la partie « amont ». C’est-à-dire conseiller les clients sur ce qu’ils veulent et doivent faire.

Pour résumer, les 2 premiers métiers sont plutôt opérationnels tandis que le dernier métier est fondamentalement du conseil et de l’accompagnement. Dans l’idéal, il faudrait que l’on soit présent sur ces phases amont, pour être sûr que ce que l’on délivre corresponde à leurs besoins réels. Mais, il nous arrive aussi d’intervenir uniquement côté réalisation. Là, le client sait déjà ce qu’il veut faire et on prend le train en marche. A nous de lui faire des recommandations si ce qu’il a prévu de faire n’est pas suffisant.

Leader d’équipe chez Ai3, qu’est-ce que ça représente ?

Il y a d’abord l’aspect gestion de l’activité et donc suivi des missions des consultants. Suivre les missions sur lesquels ils interviennent. S’assurer qu’elles se passent bien. Il y a, ensuite, l’aspect gestion des carrières et développement des collaborateurs. S’assurer qu’ils ont les bonnes formations, les mettre sur les bons sujets pour leur évolution de carrière. Enfin, il y a l’aspect business. C’est-à-dire développer l’activité Conduite du Changement avec tout ce qui est avant-vente, promotion, réponses à appel d’offres, propositions commerciale… Etc.

Et toi, est-ce que tu produis ?

Oui, aussi… Je suis manager mais j’interviens aussi sur les projets. Enfin, j’ai en charge une partie business. Chez Ai3, les managers ont au minimum 30% de leur temps affecté à de la production.

Quels sont tes objectifs ?

 Je dois développer l’activité tant d’un point de vue business que d’un point de vue croissance du nombre de personnes dans l’équipe. Enfin, je dois orienter l’ensemble de l’équipe sur les bons sujets. Nous faisons beaucoup de veille pour suivre les tendances du moment, mieux comprendre les attentes des clients. Du coup, il y a également une grosse partie dialogue avec les commerciaux pour prendre la température du marché et de leurs clients.

L’équipe change ne comprend que des seniors. Pourquoi ?

En fait, pour être précis, on a des confirmés et des seniors. En général, les clients sont en attente de profils qui ont déjà un certain nombre d’expériences. Surtout sur la partie conseil qui nécessite une certaine maturité. Pour être crédible, il faut avoir un peu de vécu. Les clients attendent aussi des retours d’expérience. La nature même du métier appelle des seniors, ce qui n’est pas forcément le cas dans les métiers du développement où l’on peut plus facilement faire monter en compétence des juniors. Ça tient aussi à la durée des missions qui sont beaucoup plus courtes dans la conduite du changement.

On a l’impression que la Conduite du Changement est parfois mal comprise, pourquoi ?

La Conduite du Changement est née de cette tendance de fond qu’est l’Usage (plus que la fonctionnalité). C’est un chemin très novateur qu’Ai3 a pris depuis longtemps mais qui n’est pas forcement bien compris par tous. Du coup, la partie « Change » est parfois ajoutée, à la fin, sur les projets. Ce qui est, bien sûr, dommage. Mais les clients évoluent très rapidement. Aujourd’hui, ils savent qu’ils doivent faire quelque chose même s’ils manquent parfois de moyens ou de budgets. Au risque d’aller droit dans le mur. Il n’en reste pas moins que l’on doit continuer à faire de l’évangélisation tant en interne qu’en externe.  C’est également quelque chose qui fait partie de mon activité.

Quel est le type de clients que vous adressez ?

Il n’y a pas vraiment de catégorie « type » de clients. On travaille avec les grands comptes, mais aussi avec des PME et ETI. Chacun apporte leur lot de challenge (complexité et ambition, rapidité à la décision et actions opérationnelles).

Merci Guelnoji !

Merci…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.